Avant qu’Il ne remonte au Ciel à l’heure de midi,
Le Seigneur, avertissant ses apôtres, leur dit :
« Après dix jours vous recevrez l’Esprit consolateur.

« Maintenant votre cœur est affligé car Je retourne à mon Père,
« Mais il ne faut pas pleurer, petits enfants, car Je vous annonce un grand mystère :
« Maintenant vous êtes mes enfants bien-aimés et Je ne vous appelle plus mes serviteurs.

« Il faut que Je vous ôte mon visage un moment afin que vous receviez mon Âme,
« Afin que vous receviez mon Cœur avec votre cœur, afin que vous receviez mon Âme avec votre âme
« Et l’Esprit qui répète ce qu’Il entend ».

C’est pourquoi dix jours après l’Ascension et sept fois sept jours après Pâques,
Toute l’Eglise autour de Marie notre Mère unie en Pierre, Jean et Jacques,
Entendit l’Esprit qui fondit sur elle comme une cataracte et la langue de Dieu sur nous comme un cri éclatant !

Ô soleil de la lumière de Dieu avec nous ! Ô beauté de la lumière de Dieu qui a été conçue avant l’aurore !
Le corps a été purifié par l’eau, l’eau a été clarifiée par l’esprit sonore !
Quoi ! Ce n’était point assez de l’eau, mais voici la récréation du feu agile et clair !

Venez, Esprit créateur ! La grâce achève la nature !
L’Esprit gratuit en en jour achève la créature :
La vieille loi est caduque et l’Enfant de Dieu rompt ses fers !

Quant à moi, j’accueillerai le prodigieux sacrement !
Je sais que le rite nouveau succède à l’antique document,
L’amour dévore la crainte, la gloire absorbe la mort.

Jésus en qui tous les temps ont consommation,
Comme Il nous a donné sa naissance nous partage sa Résurrection.
Aujourd’hui comme hier et demain Il est avec nous encor !

Mille et neuf cents ans ont passé depuis la première Pentecôte,
Mille et neuf cents ans depuis que dans la salle vaste et haute
Les communiants du calice furent les convives de la flamme ardente !

Paul Claudel